On a testé pour vous : le rafting dans le Morvan !
5 (100%) 10 votes

Après le canoë et l’accrobranche, l’équipe Yakaygo a testé, pour vous, le rafting ! Au cœur du parc naturel régional du Morvan, nous avons retrouvé Laurent à la base de loisirs, non loin du barrage de Chaumeçon.

Arrivée à la base dans le Morvan

Laurent, Marco et Théo nous ont accueilli à bras ouverts, et sans plus attendre, nous ont donné notre équipement. Celui-ci se composait d’une combinaison, d’une veste et de chaussures en néoprène, le tout surmonté d’un gilet de sauvetage et d’un casque. Après quelques contorsions, la tenue est enfilée, les casques et les gilets récupérés et nous sommes prêts à embarquer dans le van… Ah non, Hortense se débat encore avec sa combinaison dans les vestiaires !

 

rafting morvan

 

Mise à l’eau du raft

Une fois sortis du van, nous écoutons Laurent, notre guide pour la demi-journée. Il nous explique, en détail, toutes les règles de sécurité et nous réparti ensuite dans le raft : Coline et Guillaume à l’avant, Amélie et Vivien au milieu et Hortense à l’arrière, près du guide. Chacun sa place, chacun sa pagaie, chacun son casque… et chacun son destin !

C’est parti pour 2 heures de descente sur le Chalaux.

 

rafting morvan

 

Le saviez-vous ? Cette rivière provient du réservoir de Chaumeçon, un lac artificiel qui, comme les lacs voisins du Crescent et de Pannecière, possède un barrage conçu pour réguler le débit d’eau des rivières du Morvan afin d’éviter les crues à Paris. Les eaux sont stockées d’octobre à juin puis sont libérées de juillet à septembre. C’est pour cette raison que le débit du Chalaux est constant en été ! L’eau est pompée du fond du lac, à 30 mètres de profondeur et est, par conséquent, très froide (environ 8°C). Le Chalaux rejoint ensuite la Cure au niveau du lac du Crescent, puis la Cure se jette dans l’Yonne qui poursuit son chemin jusqu’à la Seine. Lorsqu’une rivière en rejoint une autre, la rivière au débit le moins important perd son nom au profit de l’autre. Malgré le débit supérieur de l’Yonne, la Seine n’a toutefois pas perdu son nom.

 

rafting morvan

 

Descente en rafting dans le Morvan

Dans le raft, c’est Laurent qui dirige ! Nous sommes donc tous très attentifs à ses consignes afin de prendre de jolies trajectoires et éviter les rochers. Après quelques minutes, nous arrivons aux premiers rapides avec le passage de la « piscine à bille ». Deux options s’offrent à nous, le passer dans les règles de l’art ou de façon plus fun : le choix a très vite été fait. C’est alors que nous nous sommes retrouvés en marche arrière à l’entrée du rapide, que le raft s’est bloqué contre un rocher et que la moitié de l’équipage est tombé au fond du raft…

« Euh… Laurent, on prend l’eau ! Qu’est-ce qu’on doit faire ?! »

 

rafting morvan

 

Pour éviter de finir comme Rose et Jack dans Titanic, il prend les choses en main et, une fois que Coline a bien pris l’eau, nous débloque. Quelques secousses, quelques éclaboussures et ce rapide est déjà derrière nous. S’en suit une zone de calme… avant la tempête !

« DROITE ARRIERE, GAUCHE AVANT, STOOOOOOOOOOOP »

Pas de temps à perdre, c’est déjà reparti pour de nouveaux rapides ! Au rythme des consignes de Laurent, nous pagayons dans la joie et la bonne humeur. Le cadre alentour est exceptionnel et cette escapade en pleine nature nous change du travail au bureau. Oups, l’équipe n’a pas réagi assez vite, la trajectoire n’est pas celle espérée par notre guide. Mais qu’importe, comme on dit, tous les chemins mènent à Rome, avec plus ou moins de rochers…

 

rafting morvan

 

Entre deux rapides…

Après l’enchainement des « rapides des 400 mètres », certains passages plus calmes nous permettent de discuter avec notre guide, qui se fait un plaisir de partager ces connaissances sur le Morvan. Sur les berges, on aperçoit des bergeronnettes et des cincles plongeurs, de jolis petits oiseaux de rivière attestant de la qualité de l’environnement. Saviez-vous que le Chalaux était utilisé pour le flottage du bois ? C’était l’unique moyen de faire parvenir le bois de chauffage à la capitale. Une fois coupé, le bois était marqué pour connaître le propriétaire, puis acheminé jusqu’à Paris au gré des cours d’eau. Le Morvan étant une montagne de granit, la rivière y a creusé son chemin naturellement et c’est le granit qui a donné cette couleur orangée au fond de l’eau.

Venez descendre le Chalaux avec Laurent !

 

rafting morvan

 

Et c’est reparti !

Cette fois-ci, nous arrivons à la « perte des Veaux », un passage avec un peu de dénivelé. L’équipe pagaie à l’unisson, prend de la vitesse et, PLOUF, on est en bas ! Après une petite manœuvre pour ranger le raft près de la berge et accoster, Laurent nous propose un petit test de natation. Ce rapide possède une particularité, que l’on appelle un « rappel ». C’est un mouvement d’eau semblable à une machine à laver qui nous fait tourner et dont il est difficile de se sortir s’il on ne connait pas la technique. Le secret est d’aller au fond de l’eau pour que la lame de fond nous éjecte plus loin.rafting morvan

 

Accrochés à une corde, les courageux membres de l’équipe Yakaygo se jettent, un par un, à l’eau. Certains ont réussi au premier ou deuxième essai, d’autres y sont même retourné une deuxième fois ! Amélie, elle, a préféré la chaleur des rochers… Personne n’a bu la tasse, alors c’est reparti pour la fin du parcours ! Mais avant, on s’accorde une petite pause le temps de regarder les téméraires venus expérimenter l’hydrospeed, ou nage en eau vive, dompter la perte des Veaux.

 

rafting morvan

 

Le saviez-vous ? Le Chalaux est une rivière manœuvrière de classe III/IV. Elle a même accueilli les championnats d’Europe de descente en kayak ! Peu profonde et technique, elle ravit les amateurs de sensations.

Un dernier pour la route

Après une zone plus calme nous laissant le temps de profiter du paysage et de discuter avec Laurent, un dernier rapide nous attend avant l’arrivée. Quelques coups de pagaie au rythme des instructions et le passage est déjà derrière nous. Ça y est, on est presque des professionnels ! Le Chalaux continue ensuite sa route sur presque 1 kilomètre et se jette dans le lac de Crescent, mais les chutes d’arbres ont malheureusement rendu le passage inaccessible. Cette portion est donc inexploitée depuis longtemps et notre épopée aquatique s’arrête ici.

Retour à la base

C’est l’heure pour nous de remonter le raft et d’aller dans le van pour retourner à la base nautique. Après avoir retiré les combinaisons, nous les plongeons dans une énorme bassine pour désinfecter l’ensemble de l’équipement. Après une douche, il est temps de dire au revoir et de remercier Laurent et son équipe pour leur accueil chaleureux et ce superbe moment passé sur l’eau.

 

rafting morvan

 

Le rafting dans le Morvan : testé et surtout, approuvé !

En famille ou entre amis, venez pratiquer le rafting dans le parc naturel du Morvan ! C’est l’idéal pour des vacances en Bourgogne, un anniversaire, un comité d’entreprise, un evg ou un evjf  ! Les eaux vives du Chalaux et de la Cure vous garantissent de bonnes doses d’adrénaline. Il suffit de savoir nager et d’être à l’aise dans l’eau. Sinon, de nombreuses activités sont également possibles dans la région ! Des activités nautiques comme la nage en eaux vives, le ski nautique, le canoë-kayak, le hotdog ou encore le pédalo sur les grands lacs alentour. D’autres activités plus terrestres sont aussi proposées comme le paintball, l’escalade, la randonnée pédestre ou les parcours aventure dans les arbres. Et si vous préférez avoir la tête dans les nuages, tentez un saut en parachute, un vol en montgolfière ou un baptême de parapente !

     

    Venez découvrir toutes nos offres rafting dans le morvan !

     

    Cet article répondra à toutes vos questions si vous hésitez encore !

    À propos de l'auteur

    Passionnée d'équitation, de voyages et de beaux paysages, je trouve que les activités de plein air sont un moyen unique de découvrir notre beau pays tout en s'amusant !

    Articles similaires

    Laisser un commentaire